Dossier ski : premières glisses, les bonnes pistes pour débuter

29.11.2017 | 0 commentaires

«Une forte majorité de nos stations vivent premièrement de la clientèle locale et peine à attirer de nouveau skieurs. Le problème de la relève de la génération des baby-boomers, génération de skieurs, reste un challenge. L’apprentissage du ski est le levier-clé pour la remplacer. » Laurent Vanat, consultant basé à Genève et auteur du rapport annuel sur la neige et le tourisme de montagne, en est convaincu. Il n’est pas le seul.

DES ZONES ‘‘APPRENTIS SKI’’ DANS LES PORTES DU SOLEIL

« L’avenir d’un domaine skiable, c’est sa capacité à offrir un produit de qualité aux skieurs débutants », confirme Bruno Cherblanc, directeur des Portes du Soleil (12 stations entre France et Suisse dont Avoriaz, Châtel, les Gets, Morzine, Morgins, Champéry…). « Les Portes du Soleil ont depuis longtemps intégré ce principe et chaque station propose une zone adaptée à l’apprentissage du ski. » Les Gets (1 h 10 de Genève) ont ainsi imaginé l’espace des “Mappys”, gratuit et accessible aux piétons. Situé à l’arrivée de la télécabine des Chavannes, il est implanté dans un environnement calme et sécurisé, à l’écart du domaine skiable dit classique. Il est constitué de deux tapis roulants, d’un fil neige et d’un télécorde pour glisser sur quatre pistes en pente douce. Châtel ouvre également cette saison un secteur pour les novices à 2 000 mètres d’altitude pour apprendre à skier tout l’hiver (il est situé dans une combe) et au soleil. Il est desservi par un téléski à enrouleurs, accessible depuis Châtel et Torgon, côté Suisse. Châtel, où la société de remontées mécaniques s’est d’ailleurs dotée de la première machine Snow farmer en France : une usine à neige capable de produire à des températures positives. « C’est notre garantie neige dès le début de saison. Elle permettra d’ouvrir les zones débutants, si les températures sont trop douces », se réjouit le directeur de la société des remontées mécaniques, Bernard Hugon. Sans oublier bien sûr Avoriaz et son célèbre Village des enfants où Annie Famose et son équipe proposent, depuis plus de 40 ans, une pédagogie originale fondée sur la mise en situation et le jeu.

DÉBUTER EN DOUCEUR DANS LE GIFFRE, LE MONT-BLANC OU LES ARAVIS…

Dans le Grand Massif, Samoëns 1600 s’affirme pour sa part comme l’un des plus grands espaces débutants de France. Des zones ludiques sont à leur disposition comme Ze Septisnake, accessible en trottoir roulant, et la forêt mystérieuse de ZiZiPanPan. Flaine propose de même trois secteurs pour assurer les premiers pas sur les skis (et quatre remontées gratuites) comme les zones protégées du Pré ou du Bissac. Et l’on pourrait également parler des Houches (espace dédié aux skieurs novices au sommet de la télécabine du Prarion avec télésiège quatre places sécurisé et un tapis neige mais aussi au centre du village), de Megève (tapis gratuit à la Caboche) ou du Grand-Bornand dans les Aravis. Sur le plateau du Rosay, à l’arrivée de la télécabine éponyme, un tapis couvert à bandes larges a été installé la saison dernière. Il permet aux skieurs de monter côte à côte, sur plus de 200 mètres, et d’accéder à plus de deux hectares de glisse aménagés pour faire leurs premières gammes.

…ET MÊME DANS LES STATIONS STARS DE SUISSE

Et la Suisse n’est pas en reste… Même les stations stars chouchoutent les novices des pistes à l’instar de Crans- Montana qui propose, à deux pas du centre, un baby lift (piste fun spécialement dédiée aux plus petits, longueur de piste 200 m), un ski lift (400 m de piste), un ski lift (700 m de pistes). Ou de Zermatt, plus vaste et plus haut domaine de sports d’hiver des Alpes, qui soigne les moins aguerris sur le secteur du Wolli, au Leisee, Sunnegga. Accessible par funiculaire depuis la station, dans une zone ensoleillée abritée du vent, il garantit des expériences variées pour se familiariser avec la glisse grâce à trois bandes transporteuses, deux fil-neige et différents jeux.

LES PETITS DOMAINES TRÈS ATTRACTIFS

Il est aussi nombre de domaines de taille plus modeste, plébiscités par les débutants pour leur côté convivial, rassurant et leurs prix souvent très attractifs. Dans le Jura par exemple, c’est le cas des Rousses, station réputée pour ses pistes douces, de faible dénivelée, ou de Monts Jura. Les petites stations du Chablais ont également la cote. Abondance propose par exemple un espace ludique en haut de la télécabine, avec un nouveau fil neige pour les tout-petits, une piste verte, un téléski pour débuter et des jeux pour les enfants. Saint-Jean-d’Aulp a imaginé un espace ‘‘apprentis’’ modélisé et évolutif avec deux téléskis de taille et de pente variables. Bernex, Thollon-les-Mémises ou Hirmentaz visent aussi un public plutôt familial tout comme, côté Suisse, Villarssur- Ollon et Nendaz. Quant à Leysin-Les Mosse (canton de Vaud, 120 km de Genève), la station propose d’apprivoiser la neige dans… la Vallée Blanche, lieu ensoleillé sur les hauteurs de la station avec tapis roulant et mini-piste, qui n’a de commun avec sa grande soeur du massif du Mont-Blanc que le nom ! Des aménagements qui, comme l’évolution du matériel, « favorisent indiscutablement la réussite dans l’apprentissage », assure Thierry Perrillat, vice président du Syndicat national des moniteurs de ski français, les célèbres ‘‘Pulls rouges’’.

BONS PLANS POUR APPRENDRE

Difficile pour autant, voire déconseillé, de débuter seul dans son coin ou avec des amis déjà skieurs, au risque de se décourager. À une époque ou le zapping est de mise, où tout doit aller vite et bien mais aussi où l’on veut d’abord et avant tout se faire plaisir, des initiatives fleurissent côté enseignement pour réussir son premier contact avec la neige. Indispensable si l’on ne veut pas « perdre définitivement l’apprenti skieur avec une première expérience traumatisante », poursuit Laurent Vanat qui plaide en faveur de méthodes « qui donnent rapidement satisfaction. »

Une chose est sûre aujourd’hui, apprendre le ski dans la douleur, c’est fini ! Côté Suisse, l’École de ski (ESS) promet donc aux novices (ou aux personnes qui reprennent cette activité) d’apprendre à skier en trois jours. Au programme : 12 heures de leçons privées avec à la clé, la promesse de réussir à descendre une piste bleue facile. Le cas échéant, un cours de rattrapage est offert ! « C’est un produit qui existait mais nous avons décidé de le packager l’an dernier et de le promouvoir. Nous voulions ainsi assurer que débuter aujourd’hui n’est pas très compliqué », explique Marc-Henri Duc, président de la commission marketing de l’ESS.

‘‘Les bronzés font du ski’’, c’est fini ! ». Cette saison par ailleurs, avec ‘‘My magic moment’’, l’ESS mise aussi sur l’aspect émotionnel pour créer l’effet ‘‘waouh’’ chez le client. « En plus des petites vidéos déjà filmées pendant le cours et envoyées aux clients sur WhatsApp, nous allons imaginer des moments surprises et petits plaisirs pendant l’enseignement. » À Leysin, l’école de ski a également lancé ‘‘One day snow experience’’. Un peu comme dans un ski-dôme, le débutant peut arriver tranquillement en tenue de ville : son pack deux heures d’accès aux sports d’hiver comprend l’équipement complet de la tête aux pieds et un cours par petits groupes de cinq personnes maximum.

Côté français, l’ESF, qui compte près de 4 000 moniteurs sur le seul département haut-savoyard, développe aussi « des packs spécifiques comme ‘‘ma première fois’’ le temps d’un week-end (six heures de cours) pour un apprentissage du ski en douceur », poursuit Thierry Perillat ; un produit pensé au féminin, pour un weekend entre copines débutantes ou soucieuses de reprendre le ski. À Samoëns, le pack ‘‘booster de confiance trois jours’’, imaginé par l’école de ski Zig Zag permet aux anxieux ou nerveux à l’idée d’affronter la pente, de combattre leurs angoisses via un coaching spécifique.

Plus largement, Les Portes du Soleil ont développé, avec les écoles de ski françaises et suisses, ‘‘You can ski’’, un produit spécifique adulte, avec une approche différente de l’enseignement, des cours spéciaux en petits groupes, avec location et forfait inclus, sur trois ou six jours hors vacances scolaires. « On répond à une demande », confirme Bruno Cherblanc. France Montagnes a par ailleurs initié, en 2014, une opération nationale baptisée ‘‘Le printemps du ski’’. L’objectif est de profiter de cette saison aux conditions météorologiques plus douces, aux journées plus longues, pour permettre d’appréhender la neige dans des conditions avantageuses. C’est ainsi qu’en avril, les prix fondent dans de nombreuses stations françaises.

Par Hélène Vermare

Diamant Alpin
| Mot-clés :