Pôle métropolitain : coup de pouce aux investissements

04.10.2018 | 0 commentaires

En augmentant sa participation financière aux projets du Genevois français, la région Auvergne-Rhône-Alpes donne un signal fort. Cet engagement, qui se concrétise par une enveloppe de huit millions d’euros supplémentaires, officialise le renforcement de son soutien au programme d’investissements porté par le Pôle métropolitain du Genevois français.

Le Pôle métropolitain conforte au fil du temps son statut. Interlocuteur privilégié de Genève et de la Suisse, il vient de franchir une nouvelle étape en se dotant d’un chèque supplémentaire signé de la Région et venant en soutien à quelques projets phares, sur la mobilité et l’enseignement supérieur notamment.

40 MILLIONS D’EUROS D’ICI FIN 2020

L’avenant à la convention de coopération métropolitaine du Genevois français, volet territorial du Contrat de plan État-Région (CPER) 2015- 2020, a été signé pendant l’été par Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et Jean Denais, président du Pôle métropolitain du Genevois français. Il prévoit une contribution de 13,2 M€ de la part de la Région dans les programmes d’investissement des collectivités du Genevois français contre 5 M€ initialement prévus. Cela constitue un apport d’un tiers de l’ensemble des investissements qui s’élèvent désormais à près de 40 M€. Les deux tiers restant proviennent, en majeure partie, des collectivités locales membres du Pôle métropolitain, de l’État et des conseils départementaux de l’Ain et de la Haute-Savoie. Les nouvelles prises de position consolident le périmètre d’action publique à l’échelle métropolitaine dans quatre domaines. Dans les grandes lignes, près des trois quarts des investissements font la part belle aux projets de mobilité (29M€) dans la perspective de l’ouverture du Léman express, tandis que la formation et l’enseignement supérieur (4,9 M€), l’innovation (4,9 M€) et la transition énergétiques (1,9 M€) se partagent le reste de l’enveloppe.

DES ENGAGEMENTS QUI CHANGENT LA FACE DE LA VILLE

Concrètement, il s’agit de garantir et d’accélérer le calendrier de projets emblématiques du Genevois français tels le développement des pôles d’échanges multimodaux du Léman Express, à vocation non seulement urbaine mais aussi régionale, et des services à la mobilité (véloroute, passages piétons/cyclistes, covoiturage dynamique, plateforme numérique pour la mobilité), des opérations exemplaires liées à la transition énergétique, ainsi qu’un soutien à l’innovation et au développement économique (incubateur CERN et Pôle de l’entrepreneuriat du Pays de Gex).
Ce sont aussi des projets visant à accompagner des sites d’enseignement supérieur et de formation financés dans le cadre de la stratégie de formation ‘‘Grand Forma’’ portée par le Pôle métropolitain. Au nombre des projets, la création d’un campus et la mise en place d’offres de formation franco-suisses, en partenariat notamment avec les écoles spécialisées (HES-SO) et l’Université Savoie Mont Blanc sur la Zac Étoile à Annemasse, mais aussi l’accompagnement de la coopération scientifique à l’European Scientific Institute (ESI) situé sur le site d’Archamps Technopole. Bref, des investissements structurants et des dispositifs opérationnels capables de répondre aux besoins des habitants du Genevois français et plus largement du Grand Genève.

Sophie Barenne

Cet article est paru dans votre magazine L’EXTENSION / DIAMANT ALPIN Octobre-Novembre 2018. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, et pour soutenir la presse, vous pouvez vous abonner ici.

Diamant Alpin
| Mot-clés : ,